Date:13/3/16

Recherche Google

Il n'a jamais tué personne mon papa

Menu

Sites Woltar officieux

Partenaires


7/3/16 Constance ?


Je dois être certainement un dingue.
Je ne sais jamais ce que je veux à vrai dire. Après tout, quand on a tout, peut-on être satisfait ?
Parfois je l'aime à en crever, et d'autre fois, je regarde son portrait avec lassitude.
ça me saoule.
Pourquoi ne suis-je pas normal ?
Pourquoi ne pas mener une vie paisible sans me poser des questions sans sens ?
Et puis, au fond, je me connais, je l'aime cette fille, et elle m'aime, enfin je crois car au final, elle est tout aussi bizarre que moi... C'est peut être ça d'être immortel, on devient des barjos.

J'aimerai la prendre maintenant dans mes bras, l'enlacer, et la garder contre moi jour et nuit, mais elle est aussi inaccessible qu'une étoile filante.

Enfin bref, tout ça pour dire que je l'aime, qu'elle m'aime, et que je veux reconstruire ma vie auprès d'elle.

Peut-être qu'un jour elle sera ma femme ?


Ces mots faisaient rire Pluton, ça faisait quoi ? Un mois à peine qu'ils étaient en couple ? Et il pensait déjà à vivre avec elle et fonder une famille. Fallait être totalement dingue. Et puis au fond de lui, il savait que le mariage n'était pas fait pour ce Dieu de la mort. Toutes ses vaines tentatives de mariage avaient échouées : Goyin, Juno...
Pluton soupira, triste de revoir les visages de celles qu'il avait tant aimé.. Goyin, sa petite mutante lui manquait, terriblement. Ses cheveux rouges, sa douceur et surtout ce côté félin, malicieuse, creusaient un abîme dans son coeur. Finalement, il cessa ses réflexions, il devait arrêter de penser au passé, et enfin vivre. Alors, il barra sa dernière phrase, et sourit en fermant son journal.

23/2/16 Un amour secret

Pluton avait renoué avec quelques amitiés du passé, et il avait aussi réussi à se faire de nouveaux amis.
Et pourtant, il n'arrivait toujours pas à combler ce vide qu'il ressentait.
Il avait beau acheter de magnifiques choses, rien ne le satisfaisait.
Le dieu de la mort n'arrivait pas à savoir ce qui lui manquait dans sa vie, alors il faisait comme tout le monde : sortir, tuer le temps et de temps à autre coucher avec une jolie woltarienne. Du moins, ce dernier point n'était pas si sûr, il avait beaucoup de difficulté à voir le corps d'une woltarienne, cela lui rappelait l'amour fusionnel qu'il avait ressenti pour Goyin.
Alors qu'il était en train de réfléchir sur ce qui lui manquait, un nom lui vient à l'esprit. Il prit son journal et écrivit ces quelques mots :


Amanda. Amanda me manque terriblement.
Ce petit ange déchu a su faire son entrée dans mon coeur et pourtant je ne lui ai jamais avoué.
Maintenant, elle n'est plus là. Comme toujours, je me réveille trop tard...
Pourtant, je sais qu'elle, et seulement elle peut me combler...
L'ironie du sort, aimer toujours la personne qui n'est plus parmi nous.
Mais je garde toujours l'espoir qu'un jour elle puisse apparaitre comme par magie à la porte de ma villa, et alors, à ce moment, je lui dirai tout.
Je t'en fait la promesse mon journal.


Pluton ferma son journal, le serra contre lui, et soupira. Il avait enfin trouvé les raisons de sa tourmente : le dévoilement de son amour pour ce petit ange déchu

17/2/16 Petit mot du jour


Un an sans écrire.
Un an sans un mot.

En même temps quoi dire ?

Je n'ai pas d'ami.
Je n'ai pas d'amour.

Parfois je traine dans Setia pour me taper quelques filles.

Mais bon, c'est pas une vie ça.

Parler à personne, travailler, gagner de l'argent, le dépenser.
Futilité totale.

J'aimerai pouvoir refaire ma vie, me faire des nouveaux amis, je ne demande pas une nouvelle relation amoureuse, mais au moins des nouveaux amis. Car mes anciens amis sont morts ou en stase depuis une éternité.

J'écris dans ce vieux bouquin en ayant la folle pensée que quelqu'un pourrait lire uniquement cette page et viendrait me voir pour qu'on soit ami.

Ahah, faut vraiment que j'arrête de croire au conte de fée, au miracle etc, car on sait bien que sur le monde de Woltar rien n'est tout beau tout rose.

27/3/15 Absence de pudeur

Pluton en avait plus qu'assez de cette situation. Son seul exutoire : son journal. Il s'en saisit et se mit à écrire très rapidement


27/3/15 : Bordel de merde. Trois petits mots qu'y qualifient mon état d'esprit du moment.
Ma pseudo-copine me saoule, ses périodes de stase et de coma me font perdre patience. Alors que faire ? Eh bien tirer son coup : meuf ou mec peu importe.

Ma vie aussi me saoule, j'en ai marre des enfers, j'en ai marre aussi de Setia. Certes il y a énormément de fêtes, et on peut voir énormément de personne, mais j'ai l'impression que c'est toujours la même chose. L'impression que ma vie n'est rien de palpitant, que c'est toujours la même regain comme une vieille chanson.

Tout ce que je veux : prendre ma moto, être défoncé, et parcourir les pistes, les rues, faire des concours, gagner du fric, et me taper un gonzelle.

Le sexe semble être mon mot d'ordre du moment. Peut être parce que mon ex copine m'en avait privé pendant de longues années ? Ouais je sais pas cool, mes frères aussi se foutaient de ma gueule.

Enfin bref, Rock and Roll, Advienne que pourra, et qui vivra verra. Et comme je suis immortel, eh bien , je vais en voir des choses !

Pluton reposa son stylo, ferma son journal et le rangea dans un endroit secret. Il s'habilla, veste en cuir, jeans à trous, et un t-shirt blanc à col V, tout d'un bad boy. Sa cigarette posée au coin de la lèvre, il fixa l'horizon. Puis il revient vite à la réalité, il descendit les escaliers, et alla dans son garage pour démarrer sa moto, et partir en plein centre ville, pour une petite soirée arrosée.

6/1/14 Une ombre devant un clone

En sortant du palais de justice, Pluton crut voir sa bien aimée, sa mutante. Son coeur battait, et il passa des heures dans la ville, faisant tout le tour, tous les coins des rues pour la retrouver.
Mais rien y faire. Sa belle avait disparue.
Il devait bien faire une croix sur elle, sur sa fiancée, sur sa nouvelle vie.
Le coeur vide, lourd, il rentra dans sa villa.
Pluton savait pourtant que sa danseuse hors norme était ici, et pourtant, elle ne venait pas le voir.
Leur dispute avait-elle eut raison sur leur couple extraordinaire ?
s'enfermant dans sa chambre, Pluton ouvrit son journal, et commença à écrire


Elle était tout pour moi.
Et maintenant, j'ai l'impression qu'elle ne reviendra pas.
Même si elle est ici, à Setia, j'ai l'impression qu'elle ne m'adressera plus jamais la parole.
Pourquoi diable, la vie est-elle si compliquée ?
Aller d'échec en échec, peut être qu'un jour, je finirai par ce qu'on me coupe la tête.


Son sourire fut amer, il voyait bien sa tête coupée, mais cette image était de toute manière impossible à réaliser.
Alors, dans son laboratoire sous terrain, Pluton prit l'étrange décision de créer un double. Un double de sa bien aimée, pour ainsi, l'avoir toujours auprès de lui. Et ce clone allait sans doute être un problème un jour.