Date:18/8/17

Recherche Google

Il n'a jamais tué personne mon papa

Menu

Sites Woltar officieux

Partenaires


2/8/17 J'ai fait du mal à ceux que j'aime, je n'ai rien vu, j'étais fière & j'ai pleuré comme une filllette



J'éprouve ce besoin d'écrire en ce moment.
Est-ce à force de rester silencieux que mon envie de parler surgit ?

Je n'en sais rien.

Tout ce que je sais c'est que je ne suis pas un X-Men.
Non je ne suis pas un super-héros comme on les voit au cinéma.
Je suis plutôt le démon dans les films d'horreur qui tourmente toutes les personnes.

Je suis votre monstre.
Votre Peur.

Je repense souvent à mes relations passées.
Je les chéri.

A toi Akène qui m'a fait comprendre que je pouvais ressentir quelque chose pour un gars. Autre chose que l'amitié. J'ai été attiré par toi. J'ai vu dans tes yeux cette peur lorsque tu avais vu ma véritable nature.

Et à ce moment j'ai su que je devais découvrir quelqu'un à peu près comme moi. Quelqu'un avec des pouvoirs. Un autre monstre.

Il y a eu cette magnifique reine des glaces mais notre relation était trop conflictuelle. Trop rapide.
Puis je t'ai vu. Toi l'être qui est entre deux mondes. Toi la vampire pour qui j'ai fait des milliers de combats. Pour qui je pouvais faire tout et n'importe quoi.

Elle et Goyin auront toujours une place dans ma vie. Elles pourront apparaître à n'importe quel moment, elles pourront tout me demander que j'exaucerai chacun de leurs vux.

Pourquoi ? Parce que l'une comme l'autre ont réussi à me capturer pendant plusieurs années dans une vie de woltarien. Elles ont réussi à me supporter l'une comme l'autre.

Je ne me suis jamais réellement excusé pour Juno et j'en ai honte.
Je l'ai trompé, trahie et abandonnée.
C'est peut être pour cette raison que je n'ai pas le droit au bonheur. Je dois purger ce mal que je lui ai fait endurer.

Enfin je n'en sais rien...
Tout ce que j'ai c'est que je me suis mise avec un ange, que j'ai aussi trahie et bafouée.
Est-ce que je mérite encore l'amour d'une dame ?
Je ne pense pas.

J'ai fait du mal à ceux que j'aime. Et je m'en rends compte que maintenant.

J'ai connu tellement de woltariennes mais là je crois que j'ai trouvé la bonne. Tu portes le même prénom que mon premier amoureux et c'est peut être un signe.
Juno, la renaissance. Juno la flamme qui illuminera la noirceur de mon âme.
J'y crois.
J'espère.
Je le veux.

Mais c'est trop tard.
Comme je te l'ai déjà dit je passe ma vie invisible comme l'air.
J'apparais subitement et je m'évanouis aussitôt.
Pourtant même dans les enfers je pensais à toi.
A nos courses.
Au lac dans la forêt.
A notre rencontre.
A tes ombres qui te suivaient.
A tes ennuis.
A ton sourire.
A tes lèvres
Et à ton corps aussi envoûtant que le nectar d'ambroisie.

Mes émotions m'effraient mon journal. Je ne sais plus sur quel pied il faut danser. Je ne dirais jamais mes émotions. A personne. Je préfère que tu sois en train de brûler plutôt que quelqu'un te tienne dans les mains. Pour quel faible passerais-je ?

Pluton reposa son stylo plume sur son bureau.
Aussitôt il mit son journal dans sa boîte de protection et y scella un sortilège pour que personne à part lui ne puisse l'ouvrir.
Tout cela était bien trop intime. Profond. Et toutes ces confidences ne lui ressemblait pas.
Il devait TOUJOURS montrer une figure énigmatique. Personne ne devait savoir ce qu'il pensait, ce qu'il ressentait. Sinon plus personne n'aurait peur de la mort.
Pluton alla à un petit bar près de chez lui et but un verre de vin en regardant le soleil s'évanouir pour laisser place à la nuit.

2/8/17 J'aimerais que tu cèdes à mes propositions


Une voix ne cesse de me répéter en boucle "ça n'en vaut pas la peine".
Est-ce mes frères qui me sifflent cette phrase à longueur de journées ?
Hé oui je sais qu'ils ne sont pas contents que je sois là sur Sétia à chercher en vain à reconquérir une déesse qui ne voudra plus de moi.

A quoi bon après tout ?

C'est vrai quoi.

Est-ce qu'on doit absolument être ne couple ?

On ne peut pas tout juste profiter du moment présent et arrêter de se poser des questions ?!

Après tout, vaut-il mieux enchaîner des relations d'un soir ou alors être posé avec quelqu'un et le voir que de temps en temps ?

Des questions qui resteront pour ma part sans réponse car cela fait des années que je me les pose et que rien ne vient.

Nous les Dieux on ne s'ennuie pas avec tout cela.
On couche quand bon nous semble et on ne mêle pas relation sexuelle et sentiment car après tout nous n'avons pas réellement de sentiments.

Mais pourtant j'en éprouve des sentiments...

Tristesse,

Joie,

et l'amour.

Oui car quand je la vois mon coeur bat.
Quand je la vois, je veux juste la prendre dans mes bras.
La protéger.
L'emmener loin.
A tropico ? Après tout c'est là-bas que j'ai eu ma première correspondance avec elle.

Enfin bref. J'ai envie de faire marche arrière. Je veux qu'elle oublie tout et qu'elle ne pense plus qu'à moi. Qu'elle puisse m'idolâtrer.
Mais là je rêve. Elle est trop libre, indépendante et intelligente.




Pluton sourit en écrasant sa cigarette dans le cendrier.
Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas posé ses pensées sur ce petit bout de papier. Le journal lui permettait de réfléchir sur ce qui se passait dans sa vie. Prendre du recul. Réfléchir et relativiser.
Il lui permettait aussi de faire le point, de voir tout ce qu'il a échoué et tout ce qu'il a fait.
ça faisait du bien parfois de se replonger dans le passé.
Maintenant il savait quelque chose : il aime la reine des elfes et ne pouvait pas faire un trait sur cette relation inachevée.

15/7/17 Sous ma poitrine c'est plus froid qu'en Islande

Une lettre sous la porte, une nouvelle rupture.
C'est trop tard pour combler le manque.
C'est trop tard pour tout effacer et recommencer l'histoire.
Pourquoi aimer maintenant ? ça ne sert plus à rien.


J'ai passé ma vie invisible comme l'air.
Je suis comme le vent sur votre peau, vous me sentez quelques instants puis je disparais.
Je n'ai plus de larmes. En ai-je déjà eu ?
Après tout je ne suis qu'une machine.
J'oublie toute vie sociale au gré de mes morts.
Je devrais sans doute me mettre en stase éternelle pour ainsi ne plus vivre sur Woltar et être uniquement aux enfers. Quand ce jour-là arrivera, ne m'arrête pas car j'aurai trouvé ma place.

Dans ma tête c'est le chaos.

Je vais dériver. Ne me ramène pas.


Aucune envie. Même pas envie de sortir pour aller séduire. Aucune force.
Tout ce qu'il réussit à faire ce soir là était de monter les marches de l'escalier pour aller se reposer dans sa chambre noire.

19/3/17 Juge des enfers

Il y a peu Pluton avait rencontré son nouveau-né : Minos.
Un tout petit woltarion qu'il pouvait tenir dans ses grandes paumes.
C'est toujours aussi apaisant et incroyablement beau de voir son petit dormir. A peine Peter partit de la maison que Pluton accueillait son nouveau fils.

Au fond, il espérait que Minos soit un petit woltarion tout à fait normal... Mais ça, c'était tout simplement impossible. Pluton n'avait jamais engendré des enfants sans pouvoir qu'il soit minime ou non, ses descendants avaient tous une force surnaturelle.
Est-ce que, comme selon la légende, Minos deviendrait le juge des enfers ? Serait-ce à lui alors de décider du sort de chacun ?

Le dieu des morts soupira, triste de cet avenir, il n'était vraiment pas à l'aise et se demandait si ce prénom choisit avec Juno ne porterait pas préjudice à leur enfant.

Tout ce qu'il souhaitait était tout simplement le seul souhait de tous les parents : que son fils soit heureux et protégé.

Pluton observait son fils dormir dans son berceau et le trouvait tout aussi beau que Juno. C'était fou de se dire que tout allait si vite et que pourtant tout allait bien, tout était tranquille.

Certes il y avait toujours des contraintes : aller travailler, voyager entre les mondes et être totalement perdu dans l'espace-temps et rentrer des semaines plus tard alors qu'il avait l'impression de s'être absenté moins de 24h.

Au fond de son coeur noirci par le temps, le dieu de la mort voulait qu'une seule chose qu'il écrivit sur son journal


Faîtes que le temps cesse, que tout reste ainsi et que jamais au grand jamais ma femme puisse se lasser de moi.

21/2/17 Envol du Phénix


Un fourmillement de pensées négatives ne cesse de me tourmenter.
Je ne peux pas m'empêcher d'avoir eu mal au coeur, un pincement intense, lorsque j'ai fait ma demande de divorce.
C'était comme tirer un trait sur tout ce qu'on aime.
J'ai du mal à me dire que tout est fini avec la mère de mon enfant.

Mais je dois avancer. D'ailleurs j'avance d'une allure extrêmement rapide. Je ne suis jamais remarié aussi rapidement et ni d'ailleurs être à nouveau père.

Peu importe ce rythme de croisière, je sais maintenant qu'il faut mettre ce passé de côté.

Tout ce que je veux maintenant c'est de profiter chaque moments auprès de La Reine.



Pluton regarda la page de son journal, soupirant en lisant à nouveau ces lignes, l'air lasse.
Cela lui faisait du bien de s'exprimer, mais en lisant toutes les pages de son journal il voyait toujours la même chose : des échecs. Et c'était sûr pour lui qu'un jour ou l'autre sa relation avec la magnifique elfe s'arrêterait. L'amour n'est pas éternel contrairement à eux. L'amour est un sentiment éphémère reliant deux êtres pour un bout de temps. Malgré tout, il aimait la belle enchanteresse, elle avait su le prendre, l'apprivoiser et le charmer.
Il espérait qu'une chose : que cette relation dure, reste belle et qu'elle soit sans embûches. Il reprit son stylo pour écrire cette petite phrase


Je t'aime Juno, d'un amour aussi ardent que les flammes de l'enfer.