Date:3/6/16

Recherche Google

Il n'a jamais tué personne mon papa

Menu

Sites Woltar officieux

Partenaires


28/4/16 Néantisme

Pluton s'était absenté... Quelques jours qui se sont très vite retrouvés en quelques semaines.
Naïvement, il pensait qu'en rentrant chez lui, il trouverait des lettres de ses amis, l'invitant quelque part, ou prenant des nouvelles.
Mais rien.

Néant.

Même plus que le néant, c'est le Néantisme.

Devait-il envoyer des lettres en disant un "coucou, je suis là ?" ou plutôt se taire ?

Pluton avait bien sûr choisit la deuxième option.

Le dieu de la mort s'était réfugié dans sa grande villa, et n'adressa la parole à personne.

La solitude.

ça lui faisait énormément de bien.

Enfin, il avait l'esprit clair. Il prit son journal, et écrivit


Aujourd'hui, je comprends mes erreurs.
1)Je suis amoureux
2)Celle que j'aime n'est plus présente.
3)Je n'arrive pas à tourner la page.
4)J'accumule des relations qui ne fonctionnent pas
5)Je dois aller me saouler, car réfléchir, c'est très peu mon truc.


Sur ces mots, Pluton ferma son journal, le rangea dans un endroit hyper secret où personne ne pourra le trouver, et partit en ville pour s'enfermer dans un bar.

10/4/16 Me noyer dans ses yeux


A Cette heure, je suis comme une âme au fin fond du Styx.
La charmante reine des glaces devient un fantôme inaccessible.

Et moi, j'erre.

Pourtant, elle me faisait vivre. Elle m'a même donné à nouveau le goût pour la chanson...
Je préfère rester une âme errante au fond du Styx plutôt que la perdre à tout jamais.

Je voulais être le Jack Frost de cette Reine des Glaces.

Mais je me suis pris un mur.

Être son ami plutôt que son amant, si tel est mon destin, je devrai l'accepter.

Pour une fois, je m'avoue vaincu.
Échec et Mat, comme me dirait un vieil ami aujourd'hui mort.


Pluton soupira, profondément triste. Finalement, il n'était pas si parfait, si irrésistible. Il se demandait même, s'il allait réussir à rester ami avec cette reine des glaces si celle-ci trouvait l'amour. Car pour lui, c'était certain, il ne pouvait pas aimer une autre personne qu'elle.

29/3/16 Neige sur Setia

Pluton savait qu'il était comme un flocon, en amour son coeur est doux, beau, et charmant mais pourtant, il s'effaçait très vite.
Son coeur n'appartenait à personne.

Nul ne savait le dompter.

Il allait toujours voir ailleurs.
Il essayait toujours de séduire.

Et cela marchait.
Ou pas.
La reine des glaces lui échappait, et ça il n'aimait pas. Vraiment pas.

Son ange noir ? Hum... C'était comment dire ? Un amour sans amour. Certes il l'adorait, certes il aimait sa présence, mais c'était tout. Elle n'arrivait pas à le faire sentir Dieu. Elle ne l'idolâtrait pas assez à son goût.

Pluton avait besoin de compliments, il fallait toujours alimenter son égo.

Et comme toujours, c'est Goyin qui venait à son esprit.

Elle seule avait su le maintenir dans ses filets. Et maintenant, elle n'était plus là.

Pluton sortit de la terre son coffre en fer qui contenait son journal intime.


La reine des glaces sera mienne, coûte que coûte, sinon je ne m'appellerai plus Pluton.
Elle est belle, irrésistible, elle a tout ce qu'on peut rêver.

7/3/16 Constance ?


Je dois être certainement un dingue.
Je ne sais jamais ce que je veux à vrai dire. Après tout, quand on a tout, peut-on être satisfait ?
Parfois je l'aime à en crever, et d'autre fois, je regarde son portrait avec lassitude.
ça me saoule.
Pourquoi ne suis-je pas normal ?
Pourquoi ne pas mener une vie paisible sans me poser des questions sans sens ?
Et puis, au fond, je me connais, je l'aime cette fille, et elle m'aime, enfin je crois car au final, elle est tout aussi bizarre que moi... C'est peut être ça d'être immortel, on devient des barjos.

J'aimerai la prendre maintenant dans mes bras, l'enlacer, et la garder contre moi jour et nuit, mais elle est aussi inaccessible qu'une étoile filante.

Enfin bref, tout ça pour dire que je l'aime, qu'elle m'aime, et que je veux reconstruire ma vie auprès d'elle.

Peut-être qu'un jour elle sera ma femme ?


Ces mots faisaient rire Pluton, ça faisait quoi ? Un mois à peine qu'ils étaient en couple ? Et il pensait déjà à vivre avec elle et fonder une famille. Fallait être totalement dingue. Et puis au fond de lui, il savait que le mariage n'était pas fait pour ce Dieu de la mort. Toutes ses vaines tentatives de mariage avaient échouées : Goyin, Juno...
Pluton soupira, triste de revoir les visages de celles qu'il avait tant aimé.. Goyin, sa petite mutante lui manquait, terriblement. Ses cheveux rouges, sa douceur et surtout ce côté félin, malicieuse, creusaient un abîme dans son coeur. Finalement, il cessa ses réflexions, il devait arrêter de penser au passé, et enfin vivre. Alors, il barra sa dernière phrase, et sourit en fermant son journal.

23/2/16 Un amour secret

Pluton avait renoué avec quelques amitiés du passé, et il avait aussi réussi à se faire de nouveaux amis.
Et pourtant, il n'arrivait toujours pas à combler ce vide qu'il ressentait.
Il avait beau acheter de magnifiques choses, rien ne le satisfaisait.
Le dieu de la mort n'arrivait pas à savoir ce qui lui manquait dans sa vie, alors il faisait comme tout le monde : sortir, tuer le temps et de temps à autre coucher avec une jolie woltarienne. Du moins, ce dernier point n'était pas si sûr, il avait beaucoup de difficulté à voir le corps d'une woltarienne, cela lui rappelait l'amour fusionnel qu'il avait ressenti pour Goyin.
Alors qu'il était en train de réfléchir sur ce qui lui manquait, un nom lui vient à l'esprit. Il prit son journal et écrivit ces quelques mots :


Amanda. Amanda me manque terriblement.
Ce petit ange déchu a su faire son entrée dans mon coeur et pourtant je ne lui ai jamais avoué.
Maintenant, elle n'est plus là. Comme toujours, je me réveille trop tard...
Pourtant, je sais qu'elle, et seulement elle peut me combler...
L'ironie du sort, aimer toujours la personne qui n'est plus parmi nous.
Mais je garde toujours l'espoir qu'un jour elle puisse apparaitre comme par magie à la porte de ma villa, et alors, à ce moment, je lui dirai tout.
Je t'en fait la promesse mon journal.


Pluton ferma son journal, le serra contre lui, et soupira. Il avait enfin trouvé les raisons de sa tourmente : le dévoilement de son amour pour ce petit ange déchu