Date:2/8/16

Recherche Google

Un, deux, trois.. Promenons nous sur les toits.

Menu

Sites Woltar officieux

Partenaires


27/7/16 Chap 2. - Black On Black / Next level.

BlackOn.
BlackOnBlackBlackOnBlackBlack on Black.

Enfin.
Comment est-ce qu'on a pu en venir là ? Deux âmes totalement égarées, des questions subtiles et rhétorique, des idées inébranlables sans oublier le pire qu'on oubliera jamais gravé à jamais dans notre foutue mémoire qui est là pour nous rappeler ce qui nous rend comme ça, rien n'a jamais été simple et rien ne le sera jamais. Idiots écervelés à croire à des milliers de choses impossibles et sans fondement, c'est comme ça qu'on était. Il suffisait que nos envies soient fortement écrasées, qu'on leur crache dessus pour que notre instinct se réveille enfin, cette authentique réalité qui nous colle à la peau qu'on voudrait bien faire éclater pour se déchaîner de notre enfer qu'on ne pensait qu'à planquer sous une armure de glace plombée.
Mais la vérité a bien fini par se montrer, et malgré ces apparences foireuses et profondément brûlées à cause des torrents du passé, c'est le moment de s'arracher de ces chaînes qui te retenaient sans mépris.
Parce que c'est fini maintenant. On aura plus à subir les autres, leur conneries et leur coups de couteaux. De qui as-tu besoin pour vivre finalement ? Qui pourrait bien t'empêcher d'envoyer chier qui tu veux ? On a plus à s'en encombrer. S'attarder sur tes désirs qui te privent de ta liberté, tu ne peux plus te le permettre. Ta vie t'appartient, tu l'as entre tes mains, arrête de l'infester d'idées utopiques. Devient l'utopiste qui se donne les moyens de réussir, agit pour toi et seulement pour toi. Plus de pitié pour le reste, profite des autres comme ils le font si bien avec le reste du monde, laisse les impulsions s'évader, parce que c'est fini. Tu n'as plus à souffrir et à prendre pression sur toi, après tout qu'est-ce qui t'en empêche ? Cette profondeur dans ton esprit armé tu peux maintenant la libérer en envoyant valser les mots. Même si cette peur te rattrape dans ses griffes acérées tu dois trouver un moyen de t'en défaire, parce que tu ne peux plus rester dans cet état lamentable.
Réveille-moi, c'est fini.
Je ne peux plus prendre sur moi et laisser passer, je ne plus rien contenir au fond; et ça fini par exploser, un nouveau chapitre de ma vie, celui que j'attendais enfin, tout est plus frais et calme ici.
Le noir est le signe.

3/7/16 Chap.1 - Tout est plus clair. Ou presque.

OpenYourEyes.
OpenYourEyesBroAndComeOnDrinking this potion.

Bon.
Un mal de crâne horrible.. Putain mais ça fait combien d'temps que j'en ai pas eu comme tel ?! .. *argh* et c'est là ou j'me dis que l'alcool, plus jamais. Même si j'recommence. Je vois floue, j'arrive à peine à discerner ou je suis. Mes souvenirs eux aussi sont totalement imperceptibles.. J'ai beau m'efforcer à m'en rappeler, rien. Juste un mec, des bouteilles, un citron et.. Le vide. Ah non, de l'eau ! J'étais dans de l'eau.. Attends, quoi ? .. Je me suis redressé en sursaut, je transpirais. Comme si qu'j'avais pas l'habitude avec le sport.. Mon souffle s'en ai remit, j'étais chez moi, dans mon canap'. Sale soirée apparemment..
J'ai fini par m'en remettre, et avec tous les souvenirs que j'avais en tête, j'avais juste pu comprendre que j'avais bu jusqu'à plus soif avec un mec sur Tropico. Merde. Ça faisait du bien ouais. On a bu, et comme des cons ont est allés se baigner. J'ai même failli le noyer.. Damnit. Heureusement, c'était juste des gamineries. Je me suis laissé tomber une fois de plus sur mon canapé, partagé entre la souffrance subite à cause de l'abus de liquides brûlants et entre le rire. Ouais, une bonne soirée. J'ai fini par me lever. J'avais juste passé la quasi totalité de ma journée dans mon canapé à décuver. J'ai pris un bain, j'me suis séché et j'me suis habillé avec des fringues qui traînaient dans mon placard; à vrai dire il était plein à craquer. J'avais juste totalement oublié mon téléphone pendant ce temps là.
Alors comme toute personne, je l'ai checké ; O messages.
Alors quoi, mon message ambiguë était mal passé ?
J'avoue, je suis partagée entre l'envie de lui arracher les yeux et l'envie de ne pas m'en soucier, d'en avoir sacrément rien à foutre, mais c'était bizarre depuis quelques temps. C'est tellement étrange, j'ai clairement l'impression qu'il me connait bien plus que n'importe qui, excepté mon frère, forcément lui il compte pas. Bref, bien que je me sente étrangement attiré par lui mais aussi repoussé, j'ai juste décidé d'essayer de ne plus y penser. Après tout, C'est juste con.. Sauf que jusqu'ici, j'avais jamais ressenti ça. Même pas avec les trois autres idiots. Peut-être juste l'effet "badboy".. Pfrrt. J'avoue, à ce moment là, j'ai étouffé un rire idiot dans ma gorge. C'est vrai quoi, qu'est-ce qui me fait penser ça ? Ewh. Et je n'étais surement plus prise par les effluves de l'alcool.. Peu importe.
Et on est ressorties. La nana qui m'avait tirée par le bras pour rejoindre Tropico. Elle a eu raison finalement. Du coup, j'lui ai donné rendez-vous dans une boîte, on a besoin de continuer à s'amuser. J'crois que j'vais éteindre mon téléphone pour pas être tenté d'le regarder toute la soirée.
Une question n'cesse de me traverser l'esprit. C'est vrai merde, pourquoi j'suis pas resté là-bas ? .. Ah ouais, j'viens d'me souvenir. Certaines choses à régler ici même. Alors, let's do this shit et fuck off. Tout m'est revenu soudainement en plein dans la gueule, mais le bon côté est que je n'ai plus l'impression de perdre la tête, comme si, en quatre jours, tout était devenu clair, comme si j'avais fait disparaître ce si aimable monstre..

27/6/16 Fuck you.

~~~~~~

J'ai explosé.
J'avais plus d'patience.
Sans blesser quiconque, simplement moi.
Ouais cette douleur physique me prouve que j'suis pas en train d'rêver.
Alors essaye d'enfoncer cette lame tranchante d'la vérité, d'la lâcheté. Mon cri n'sera que purement ignoré et les plaintes se transformeront en force.
Mais peu importe maintenant. Les choix sont faits et je crois que pour le moment seule la distance m'empêche de faire pire.
"Tout est gris. Ses rêves, ses pensées, la fumée."
Oh j'aurais pu me lamenter sur mon sort, mais j'ai pas de temps à perdre.
J'ai PLUS de temps à perdre.
Ces dernières années tâchées de mon sang, de ma sueur et de mes larmes. Des années détestables, j'me suis accrochée au seul être devenu misérable et détester à mes yeux.
Qu'est-ce qui pourrait être vrai maintenant ?
Chacun a ses préoccupations.
La tienne m'a totalement achevée.
Mais elle ne signe surement pas ma fin.
La mienne, oh je l'espère te transpercera plus que tout ce que j'ai pu faire auparavant.
Une haine sanglante qui préfère s'échapper comme une fumée toxique.
Elle me prend le ventre, elle me déchire et me conditionne.
Combien de fois, combien de paroles en l'air ?
L'amour n'est qu'une réaction chimique qui donne le monopole à l'être aimé, le pouvoir de blesser, de te briser, de t'enchaîner à des paroles hideuses et détestables.
Quel pire sentiment de se sentir vide ?
Quelle pire chose, de se sentir seule face à cette merde ?
Et toutes ces lettres, laissées sur ton palier.
Mais quelle blague.
Mais quelle putain de blague.
Je vais jouer à la conne aussi.
Paraît que je suis plutôt bonne, et je ne parle pas de jouer à la conne.


I don't give a fuck.

20/6/16 I need a miracle.

~~~~

J'étais apeurée. Enchaîné à des réactions qui ne me ressemblaient pas, j'ai jamais été aussi perdue je crois. Une folie électrique qui ne cessait de me brûler de l'intérieur.. Comme ce sentiment effroyable. Le seul sentiment que je reniais devant moi.. Mais j'ai plus envie de passer à côté de tout ça, j'ai plus envie d'ignorer ces signes..
Mais j'ai peur.
J'ai peur qu'à ton tour, tu t'éloignes.
Que tu veuilles me faire regretter mes quelques heures de plaisirs.
T'as pas l'droit.
T'étais absent pendant tant d'années..
T'as pas l'droit.
J'avais envie de te tuer d'être parti sans aucun mot.
J'avais envie de te tuer d'être revenu sans aucune excuse.
J'avais besoin d'un miracle, de quelque chose de nouveau.
J'étais bloqué sans pouvoir agir..
J'aurais pu te détester.
Te haïr pour ces trois années.
Tu as une part de faute aussi, tu ne le sais pas.
Tu ne sais rien de tout ce que j'ai ressenti pendant ton absence.
A quel point je me sentais misérable.
A quel point je pouvais être heureuse dans les bras d'un autre.
Mais à quel point je t'ai toujours aimé.


Miracle.

11/6/16 ERROR IN UR LIFE. Do u need somebody ? I don't know. But i love her. AHAH UR CRAZY FUCKOFF.

~~~~

Il a suffit d'un simple message pour tout fait basculer. Encore une fois. Ce n'est pas du tout ce à quoi je m'attendais, tant d'années plus tard. Trois ans. Trois ans plus tard. A cet instant, j'ai les yeux rivés sur mon écran. Il y a ton nom écrit au dessus du message. Combien de temps cela fais que je n'ai tout simplement pas reçu de message ? Depuis que je ne cours plus après personne, je commence à comprendre les choses. Ais-je été idiote tout ce temps, ais-je bien fait de vivre tout cela ? Je ne bouge plus. Mon corps et mes émotions ne réagissent plus. Tout est bloqué, comme un signal d'alerte, seul mon coeur bat trop vite, il va finir par exploser ma poitrine. Depuis quand n'ai-je pas reçu ce genre de message, et.. ces mots. Ces mots si simple mais dévoilant une toute autre réalité derrière tout ça, derrière ces trois années, passée à courir après des rêves cauchemardesques, des espoirs cramés vifs et des amitiés éphémères. Rien de tout ça n'est fait pour moi, et depuis qu'il a disparu, encore une fois, la vérité est tombée sur moi, m'écrasant de son poids insoutenable.. Tout m'était revenu effroyablement à la gueule. Le vide qu'ils ont tous laissés. Et ils osent revenir. Petit à petit. Je pleurais à en mourir noyer pour pouvoir rien qu'une fois, les serrer dans mes bras.. Mais je me rends compte. Ils finissent forcément par disparaître.

Perdu entre deux réalités, des mensonges brûlants de vérités et des rêves éloignés.. Personnage lamentablement torturé qui tente de ne pas laisser ses faiblesses éclater aux yeux des autres.. Laisse toi tomber et n'essaye plus. Abandonne et reviens vers moi.. J'ai toujours été là, moi.. Ahahah..

untitled.

Et si je tente ? Si je me laisse faire, encore une fois.. Ne crois-tu pas que j'ai bien trop connu ce sentiment de danger ? Je sais ce qu'il peu arriver. Mais.. N'ai-je pas fait tout ça dans le passé parce que, justement.. J'aime le danger ? Le danger a toujours coulé dans mes veines, quelles soient semblables aux autres ou non. J'ai la tête prise par toutes ces pensées noires et colorées qui ne cessent de m'assaillir.. Je suis devenue folle avec le temps. Sans que personne ne le sache, sans que personne ne le remarque. Parce que, elle aussi, elle coule dans mes veines, quoi que je fasses elle est et sera présente.. J'ai réussis pourtant. Réussis à m'échapper de ces nombreux pièges. Seule. Sans l'aide de personne.. Parce qu'en parler m'aurait arraché la gorge.. Mais me voici au point de départ. ARRÊTEZ.
S'il vous plait. ARRÊTEZ. Stop... Qu'est-ce que j'suis CENSÉ FOUTRE.. Hahaahaha.. Elle est là et elle coule dans mes putains d'veines..

Elle est présente dans tes veines, elle te brûle et te griffe, t'égorge et finira par te tuer, à moins que je t'élimine avant..

Il est.. Impossible.... De réfléchir.. Avec cette voix... Pourtant.. Elle n'est que dans ma tête.. Pas ailleurs.. Je sais quelle est là haut..

Et tu connais le seul moyen de te débarrasser de moi.. Eheh..

Non.. Pas le seul.. moyen.. Il y en a un autre.. tu le sais..

Et ça n'a pas duré. Parce qu'il a fini par partir, encore, et ce n'est ni le premier, ni le dernier. Alors, succombe, rejoins le creux de mes bras, je suis le seul qui puisse t'accueillir, t'aimer et te chérir.. Tu verras le jour arriver, ou les solutions disparaîtrons .. Parce que je suis déjà là, et elle arrive.

So creepy and crazy.