Date:8/1/17

Recherche Google

Un, deux, trois.. Promenons nous sur les toits.

Menu

Sites Woltar officieux

Partenaires


25/10/16 Chap 4. - Questions, doubts&trust.

~~
DoubtIf you truly care, then please, show me. If you don't, then let me be.

Mes doutes me torturent, les questions s'emmêlent, la vérité fini toujours par exploser. Mais est-ce pour autant que tu fais l'effort de comprendre ? J'aurais aimé croire, une fois au moins, en ce truc utopique qui de nos jours, sert plutôt comme une arme pour blesser qui veut bien t'écouter. Fatigué de ce jeu interminable qu'est l'attente, parce que jusqu'ici elle ne m'a menée à rien, si ce n'est que des déceptions, quoi que la dernière en date était surement la meilleure parmi toutes celles encaissées. Alors que tes mots sont comme des balles, l'atmosphère devient de plus en plus lourde et je n'arrive plus à supporter quoi que ce soit. Plus le temps passe et plus je sens la lourdeur causé par tes balles, j'y pense et je me ressasse ces moments déchirants. Tu ne t'en doutes pas, mais la confiance est ma seule lueur d'espoir ici bas, et je refuse de me prêter à quelque soit le jeu merdique dans le quel je peux tomber à tout instant. Combien de fois ais-je fait un effort qui me déchirait le ventre, me tordait les entrailles inlassablement ? Mes secret, ce secret, peut-être pas le pire mais l'un des plus étranges.. Vivant, il n'y a que toi qui le sait.

Mais dis-moi, combien de fois m'as-tu laissé te prouver que j'étais digne de confiance ?

11/10/16 Music - I'm fine.

i'm
i'mfinefinefinefinefinefineI'm fine.



FinefinefinefinefinefineIt's alright, even if it's not us
FinefinefinefinefinefineEven if sadness erases me
FinefinefinefinefinefineEven if there are clouds
FinefinefinefinefinefineEven if I'm in an endless dream
FinefinefinefinefinefineEven if I'm endlessly crumpled
FinefinefinefinefinefineEven if my wings are torn
FinefinefinefinefinefineEven if some day, I'm not me anymore
FinefinefinefinefinefineIt's alright, only I am my own savior
FinefinefinefinefinefineI wont ever die in this walk
FinefinefinefinefinefineHow you doin ? I'm fine
FinefinefinefinefinefineMy sky is clear
FinefinefinefinefinefineAll pain, say goodbye
FinefinefinefinefinefineGoodbye
FinefinefinefinefinefineMy cold heart
FinefinefinefinefinefineHas forgotten how to call you
FinefinefinefinefinefineBut I'm not lonely, I'm fine, I'm fine
FinefinefinefinefinefineThe darkness of the night
FinefinefinefinefinefineShakes awake my sleeping dreams
FinefinefinefinefinefineBut I'm not afraid,
FinefinefinefinefinefineI'm fine, I'm fine
FinefinefinefinefinefineI'm feeling just fine, fine, fine
FinefinefinefinefinefineI'll let go of your hand now
FinefinefinefinefinefineI know I'm all mine, mine, mine
FinefinefinefinefinefineCuz I'm just fine.

3/9/16 Chap.3 - Pour celle que j'étais.

YOUYOUYOUYOU.
YOUYOUYOUYOUYOUYOUYOUTu vas survivre.


Toi. Toi qui passais ton temps à maudire celle que tu étais, toi qui passais tes journées repliée sur elle même, toi qui passais tes nuits à inonder ton oreiller de larmes salées. Toi qui croyais ne jamais t'en sortir, toi qui passais de déception en déception, toi qui voulais y croire, toi qui étais plongée dans cette vie misérable. Regardes-toi, tu ne tenais même plus sur tes jambes tremblantes, les bras faibles, le coeur noyé, le cerveau brûlé et l'esprit embrumé. Comment croyais-tu t'en sortir ? Toi qui étais nourri d'espoirs d'un jour sortir de cette vie fabriquée de mensonges depuis ton plus tendre âge, ces brides de rêves, elles seules avaient su te guider vers tes réels secrets.. Tu sais, bientôt tu vas t'en sortir mais tu ne le sais pas. Parce que tu restes persuadée que cette vie n'est là que pour te persécuter, pour t'apprendre ce qui t'attendait réellement. Tu pensais que rien n'était fait pour toi ici, que la meilleure façon de te séparer de tous ces sentiments qui t'écartelaient était de fuir, alors pourquoi est-ce que tu ne l'as pas fait ? Parce que sans le savoir, ils sont arrivés dans ta vie sans que tu t'en aperçoive. Tout est allé si vite que tu n'as rien vu venir. Tu as fini par ne plus te reconnaître dans le miroir. Elles ont commencé à apparaître. Ta langue glissera sur tes douces lèvres encore prudes, oui ce sera du sang, ton sang à l'aspect rouge métallique qui coulera le long de ton visage. Tu t'en rendras compte par un mal de crâne insupportable. Ces iris bleues, tu n'as jamais compris pourquoi elles étaient si éclatantes.. Tu le découvriras bientôt, prends ton temps. Tout arrive si vite, je te le dis. Tu auras peur, peur de toi-même. Tu tomberas comme d'habitude avant de te relever, tu verras un monstre dans le miroir. Mais c'est simplement toi, la réelle toi, celle que personne ne verra comme elle est, après tout il y a déjà trop de choses à dire sur ça, toi-même tu seras perdue sans comprendre ce qui t'arrive, encore une malédiction de la vie qui t'arrives sans rien avoir vu. Mais patience comme toujours, ce qui doit arriver finit par arriver. C'est ce que tu te diras tous les matins avant d'aller travailler, oui parce que tu finis par sortir de ton lit, tes jambes se transforment solidement, tu marches fièrement comme si plus rien ne pouvait te toucher, mais tu restes sur tes gardes. Tu finiras par te battre contre la vie, contre d'autres têtes brûlées et la vue du sang ne t'effraiera plus. Ton aspect physique ne sera plus le même et le changement sera radical tel que tu ne te reconnaîtras plus. Plus fort que jamais, qu'est-ce qui pourrait changer à présent ? Celle que tu es devenu, c'est moi. Finalement tu t'es faite avoir, parce que les gens changent avec le temps et tu reprends sur toi, encore et encore, inlassablement jusqu'à te rendre compte que tu redeviens faible petit à petit pour ses beaux yeux. l'une des choses qui te rendaient fragilement maladive, c'était en partie cet engouement passionné, cette presque dépendance. Tu as voulu rejeter cette option de ta vie, mais ce que tu abhorres reviendra forcément au galop, tu ne vois rien venir. Pendant un premier temps tu ne voudras pas te laisser faire, tu échapperas à ces pensées exécrables et refuseras d'avouer ce qui se passe quand tu y penses, tu cacheras ces choses que tu ressens à chaque fois qu'il pose ses beaux yeux sur toi, ces moments où il caresse ton pelage... Tu frissonnes, tu penses que c'est comme d'habitude, mais tu sais que rien n'est pareil avec un autre. Tu t'en rendras compte quand tu finiras par haïr celui que tu avais tant regretté. Tu as envie d'exploser de rire cette fois, parce que tu trouves tes ressentis ridicules. C'est là où tout prendra un autre tournant, c'est là où c'est à moi de décider.

27/7/16 Chap 2. - Black On Black / Next level.

BlackOn.
BlackOnBlackBlackOnBlackBlack on Black.

Enfin.
Comment est-ce qu'on a pu en venir là ? Deux âmes totalement égarées, des questions subtiles et rhétorique, des idées inébranlables sans oublier le pire qu'on oubliera jamais gravé à jamais dans notre foutue mémoire qui est là pour nous rappeler ce qui nous rend comme ça, rien n'a jamais été simple et rien ne le sera jamais. Idiots écervelés à croire à des milliers de choses impossibles et sans fondement, c'est comme ça qu'on était. Il suffisait que nos envies soient fortement écrasées, qu'on leur crache dessus pour que notre instinct se réveille enfin, cette authentique réalité qui nous colle à la peau qu'on voudrait bien faire éclater pour se déchaîner de notre enfer qu'on ne pensait qu'à planquer sous une armure de glace plombée.
Mais la vérité a bien fini par se montrer, et malgré ces apparences foireuses et profondément brûlées à cause des torrents du passé, c'est le moment de s'arracher de ces chaînes qui te retenaient sans mépris.
Parce que c'est fini maintenant. On aura plus à subir les autres, leur conneries et leur coups de couteaux. De qui as-tu besoin pour vivre finalement ? Qui pourrait bien t'empêcher d'envoyer chier qui tu veux ? On a plus à s'en encombrer. S'attarder sur tes désirs qui te privent de ta liberté, tu ne peux plus te le permettre. Ta vie t'appartient, tu l'as entre tes mains, arrête de l'infester d'idées utopiques. Devient l'utopiste qui se donne les moyens de réussir, agit pour toi et seulement pour toi. Plus de pitié pour le reste, profite des autres comme ils le font si bien avec le reste du monde, laisse les impulsions s'évader, parce que c'est fini. Tu n'as plus à souffrir et à prendre pression sur toi, après tout qu'est-ce qui t'en empêche ? Cette profondeur dans ton esprit armé tu peux maintenant la libérer en envoyant valser les mots. Même si cette peur te rattrape dans ses griffes acérées tu dois trouver un moyen de t'en défaire, parce que tu ne peux plus rester dans cet état lamentable.
Réveille-moi, c'est fini.
Je ne peux plus prendre sur moi et laisser passer, je ne plus rien contenir au fond; et ça fini par exploser, un nouveau chapitre de ma vie, celui que j'attendais enfin, tout est plus frais et calme ici.
Le noir est le signe.

3/7/16 Chap.1 - Tout est plus clair. Ou presque.

OpenYourEyes.
OpenYourEyesBroAndComeOnDrinking this potion.

Bon.
Un mal de crâne horrible.. Putain mais ça fait combien d'temps que j'en ai pas eu comme tel ?! .. *argh* et c'est là ou j'me dis que l'alcool, plus jamais. Même si j'recommence. Je vois floue, j'arrive à peine à discerner ou je suis. Mes souvenirs eux aussi sont totalement imperceptibles.. J'ai beau m'efforcer à m'en rappeler, rien. Juste un mec, des bouteilles, un citron et.. Le vide. Ah non, de l'eau ! J'étais dans de l'eau.. Attends, quoi ? .. Je me suis redressé en sursaut, je transpirais. Comme si qu'j'avais pas l'habitude avec le sport.. Mon souffle s'en ai remit, j'étais chez moi, dans mon canap'. Sale soirée apparemment..
J'ai fini par m'en remettre, et avec tous les souvenirs que j'avais en tête, j'avais juste pu comprendre que j'avais bu jusqu'à plus soif avec un mec sur Tropico. Merde. Ça faisait du bien ouais. On a bu, et comme des cons ont est allés se baigner. J'ai même failli le noyer.. Damnit. Heureusement, c'était juste des gamineries. Je me suis laissé tomber une fois de plus sur mon canapé, partagé entre la souffrance subite à cause de l'abus de liquides brûlants et entre le rire. Ouais, une bonne soirée. J'ai fini par me lever. J'avais juste passé la quasi totalité de ma journée dans mon canapé à décuver. J'ai pris un bain, j'me suis séché et j'me suis habillé avec des fringues qui traînaient dans mon placard; à vrai dire il était plein à craquer. J'avais juste totalement oublié mon téléphone pendant ce temps là.
Alors comme toute personne, je l'ai checké ; O messages.
Alors quoi, mon message ambiguë était mal passé ?
J'avoue, je suis partagée entre l'envie de lui arracher les yeux et l'envie de ne pas m'en soucier, d'en avoir sacrément rien à foutre, mais c'était bizarre depuis quelques temps. C'est tellement étrange, j'ai clairement l'impression qu'il me connait bien plus que n'importe qui, excepté mon frère, forcément lui il compte pas. Bref, bien que je me sente étrangement attiré par lui mais aussi repoussé, j'ai juste décidé d'essayer de ne plus y penser. Après tout, C'est juste con.. Sauf que jusqu'ici, j'avais jamais ressenti ça. Même pas avec les trois autres idiots. Peut-être juste l'effet "badboy".. Pfrrt. J'avoue, à ce moment là, j'ai étouffé un rire idiot dans ma gorge. C'est vrai quoi, qu'est-ce qui me fait penser ça ? Ewh. Et je n'étais surement plus prise par les effluves de l'alcool.. Peu importe.
Et on est ressorties. La nana qui m'avait tirée par le bras pour rejoindre Tropico. Elle a eu raison finalement. Du coup, j'lui ai donné rendez-vous dans une boîte, on a besoin de continuer à s'amuser. J'crois que j'vais éteindre mon téléphone pour pas être tenté d'le regarder toute la soirée.
Une question n'cesse de me traverser l'esprit. C'est vrai merde, pourquoi j'suis pas resté là-bas ? .. Ah ouais, j'viens d'me souvenir. Certaines choses à régler ici même. Alors, let's do this shit et fuck off. Tout m'est revenu soudainement en plein dans la gueule, mais le bon côté est que je n'ai plus l'impression de perdre la tête, comme si, en quatre jours, tout était devenu clair, comme si j'avais fait disparaître ce si aimable monstre..