Date:30/1/17

Recherche Google

Agence artistique

Menu

Sites Woltar officieux

Partenaires


19/1/17 Concert reporté!


ATTENTION!

Suite à l'accident de Mävyvenn, le concert Settle in fire est reporté au 30/1/17.

Les bistickets déjà achetés sont automatiquement valables pour cette nouvelle date, évidemment.

Merci de votre compréhension.

13/1/17 Woltar All Stars - 4ème édition


EXCLUSIf!!!

Le dixième spectacle qu'il a co-organisé, Ash a décidé de l'offrir gratuitement à tout Woltar!



Le WAS IV aura donc lieu en plein air au Parc de l'Etang aux Zoizates de Sétia.

Vous êtes tou-te-s bienvenu-e-s!
Faîtes passer le mot!

12/1/17 Settle in Fire - Concert de Mävyvenn Nurs

Nous avons le plaisir de vous annoncer le grand retour de Mävyvenn Nurs sur scène le 22/1/17 à Sétia!

Les bistickets sont en vente depuis hier.
Venez nombreux!

La flamboyante affiche!

10/1/17 The best-of Mävyvenn Nurs


En attendant de découvrir le tout nouvel album de la Princesse du Rock woltarien, vous pouvez toujours redécouvrir ses tubes grâce au best-of sorti il y a plus d'un an déjà :



ENJOY THE MUSIC.

6/1/17 Retour sur le WAS II - Petit extrait

Les amis, je suis content de pouvoir vous faire découvrir la vidéo d'une artiste du WAS II qui sera de nouveau présente pour le WAS IV!

J'espère que cela donnera envie aux petits jeunots qui n'étaient pas encore nés ou pas Majeurs à cette époque de venir découvrir cette année ce que c'est qu'un spectacle Woltar All Stars!

Ash


Après un nouvel interlude de pénombre, une lumière bleue éclaire la scène où a été installé un petit piédestal rond muni en son centre d'une barre de pole dance. Opaline est lovée autour, apparemment endormie. Une musique lente et obsédante s'élève. L'éclairage alterne entre le bleu et le noir tandis que la danseuse reste prostrée.

Enfin, elle paraît sortir de sa torpeur. Elle relève la tête et tend un bras pour saisir la barre. Elle se redresse lentement, en mouvements reptiliens, pour s'y coller et se dresser brutalement, jambes écartées, sur des chaussures aux talons vertigineux. La woltarienne est vêtue d'un maillot noir à très larges résilles qui accentuent la minceur de son corps de danseuse. Ondulant toujours comme une algue prise à un courant tranquille, elle saisit finalement l'axe métallique des deux mains et, s'élevant à peine, paraît marcher dans les airs.

Elle rejoint le sol pour affermir sa prise et part vers l'arrière avec lenteur, pour terminer en grand écart, à la parallèle de l'axe. Elle quitte cette position pour s'élever le long de la barre, ondulante, reptilienne, comme un insecte étrange et gracieux. Opaline multiple les figures, tantôt en grand écart, tantôt suspendue par un seul bras, tête en bas ou encore à la perpendiculaire, tournant autour de la barre, montant, descendant au gré des enchaînements. Elle se laisse aller vivement vers le bas pour s'arrêter près du sol et mieux reprendre son ascension. La fluidité de ses mouvements donnait à croire qu'elle évolue, non pas dans l'air, mais dans l'eau et fait oublier ce que cet exercice exige de force musculaire et de concentration. Une prise mal assurée, une pression trop relâchée signifierait la chute mais Opaline semble ne pas s'en préoccuper. Suspendue à ce qui semble devenu l'axe de son existence, elle suit la musique et évolue avec légèreté.



Elle ne touche à nouveau le sol qu'une seule fois au cours de son numéro pour repartir en ascension presqu'aussitôt. Elle s'arrête mi-hauteur et, la barre enserrée entre ses jambes, écarte les bras pour offrir un salut aux spectateurs. Elle monte enfin une dernière fois au sommet de la barre, exécute une dernière figure et se laisse glisser presqu'au sol avant de s'arrêter et, finalement, reprendre sa position lovée autour de la barre à la fin du morceau. Elle se relève sous les applaudissements, souriante et envoie un baiser à l'assistance avant de quitter la scène.

Le vide et le silence venant de la scène se prolonge un peu plus qu'après les autres numéros alors que le public se déchaîne.