Date:17/10/17

Recherche Google

Mävyvenn Nurs: Concerts, évènements, infos, annonces... La mélodie d'une Reine!

Menu

Sites Woltar officieux

Partenaires


17/10/17 (CLIP) New Fears de Mävyvenn Nurs

*
*
*

Tout commence sur une chambre, un gros plan sur un lit aux draps de satins froissés, sans couettes, où un homme est assit, les avants bras posés sur ses genoux, les jambes posées sur le matelas. Un léger vent agite les rideaux de la pièce plongée dans une pénombre artificielle, une lueur pâle violette domine, les ombres indigos se déversent ça et là, le plan en contre-jour ne permet pas de distinguer avec précisions des éléments caractéristiques de ce woltarien. Il est robuste, ses muscles de ses bras se bandent, la tête légèrement penchée vers l'avant. Un bruit de carillon lointain résonne et la caméra roule sur le côté, avec langueur, pour faire apparaître à l'écran une seconde forme, en petite culotte, le corps longiline, fin et élancé possède néanmoins des formes plus féminines : des hanches douces, un petit fessier ferme, la naissance de sa menue poitrine se devine sous le chandail vaporeux crop-top qu'elle porte.
Les longues manches tombent sur ses doigts alors que la musique tarde à démarrer. La woltarienne s'approche du lit, d'un premier pas, alors que ses lèvres s'ouvrent, une voix s'élève couplées à des notes solitaires de musiques. Les bras le long du corps, sa tête roule d'un côté lentement, se lève, pends en arrière en appelant un nom avant que ses deux mains s'animent, aggrippent son ventre. Ses doigts se crispent et se relâchent, la woltarienne fait le tour du lit, ses pieds traînent sur le sol jonché de quelques vêtements et d'une tennis usé aux lacets manquants.
Ses mains touchent le matelas, froisse les draps et lentement elle hisse son poids dessus, elle rejoint le woltarien alors qu'elle lui parle, d'une voix poignante dont on devine la puissance qui gronde, de ses nouvelles peurs qui l'empoignent, qu'elle porte en elle pour lui offrir la paix.

Au premier éclatement de la musique, le refrain enchaîne, d'un geste, elle lui touche l'épaule, la joue, ses doigts fins s'emmêlent dans ses moustaches azurs presque en tremblant, elle lui relève la tête vers elle. Elle est à genoux, entre les jambes du mâle dont les bras retombent sur les draps, sans forces et volontés.
La chanteuse est là, au-dessus de lui, à l'appeler de l'attendre, qu'elle donnera chaque nuit son énergie, à lui chanter des louanges suaves et mordantes, un amour qu'elle lui donnera jusqu'à ne plus en avoir.

Mävyvenn sent sa tête se faire emportée de nouveau d'un côté, d'un roulement, elle retombe sur ses genoux, se glisse lentement dans les jambes du mâle qui ne réagit pas, dont la tête retombe sans le soutiens de sa main rouge qu'elle a écarté de son visage pour les serrer en petits poings elle ramène vers sa poitrine. Ses traits se devinent, froissées, concentrées, souffrants, dans une souffrance qui se devine, Mävyvenn relâche ses mains, les remonte le long des poignets des poignets du woltarien, l'invite à l'entourer de ses derniers, à partager cette bulle, l'emmêlement dans lequel ils sont. La woltarienne paraît si frêle et petite dans le lit.
Elle lui promet de le tirer, de porter ses chaînes, d'aspirer le poisons qui semble prendre tout le mâle en face de lui, elle se retrouve à se cambrer en arrière, ses doigts arquées remontent le long de son corps, soulève son pull jusqu'à sa gorge...

Dans un flash, le plan change, brutalement. Sur une parole brève :

« Every bullets I'm taking for you », l'image ne devient plus aussi posée et lisse, moins profesionnelle. On discerne Mävyvenn, habillée d'un treillis militaire miteux, d'un gros sweat à fermeture éclaire bien trop grand pour elle, la capuche rabattue sur son museau. Elle relève son regard vers la caméra, son regard dur vibre d'une vulnérabilité palpable par ses yeux brillants, sa moue neutre qui se brise peu à peu dans une expression légère de tristesse alors qu'elle lève sa main droite de la poche de son sweat, lève un pouce, tend l'index et son majeur, referme les autres et pointent ce mime d'armes à feu sur sa tempe.

Son regard ne lâche pas la caméra elle actionne la gâchette de son pouce, les parole s'arrêtent pour une seconde, deux, perdues, dans la musique et la partie instrumental de ce titre. Au fond, sur le mur de chantier derrière elle, son ombre chute, tombe, des éclats noirs semblable à du sang jaillissent et recouvrent une partie du mur comme si la balle avait été réelle. Mävyvenn reste là, assisse, mais le coup est partie.

L'explosion repart, le refrain reprend, la scène de la chambre est de nouveau à l'écran, Mävyvenn chante avec ferveur, le visage froissé par l'impuissance, le désir, l'espoir qu'elle essaye de transmettre. Ses pouces effleurent le menton du woltarien, puis ses indexs, elle relève cette tête lentement, le woltarien la fixe, un échange de regards capté par la lumière qui se reflète sur leurs iris brillantes. Elle lui parle de ses peurs qu'elle porte, en dépit de tout, pour l'animer, lui rendre une chose volée, brisée, prise.

Dans de nouveaux flashs, le corps de la chanteuse apparaît entrain de danser, par morceaux, le ventre, les jambes, les bras qui s'agitent, son visage serein possédé par la musique autour d'elle, de multiples lumières projettent sur son pelages toutes sortes de couleurs et c'est à peine si on la reconnaît à certains instants.

Enfin le plan revient sur elle, le corps fragile dans les jambes du woltarien et le regard désolé, Mävyvenn ralentit sa voix, la pose, la musique la guide dans les paroles... Le mâle s'anime alors qu'elle chante de prendre deux fois la misère nécessaire, et la moitié de la gloire qui lui reviendrait si cela signifiait qu'il pourrait être le champion de cette histoire. Alors que la parole est encore suspendu dans l'air, le mot apparaît, la caméra change en un gros plan alors que le woltarien bouge, pose ses coudes sur ses genoux, ses mains ballantes effleurant le haut des bras de Mävyvenn sans la toucher. Le mot champion apparaît, enfin lisible à la faible lumière, tordu par sa position, inscrit sur son torse en lettre capitale. Mävyvenn se mord la lèvre durement, sa nuque ne supporte plus le poids de sa tête, elle lève de nouveau deux doigts et sa voix explose, de nouveau, possédée par quelque chose de plus grands qu'elle, qui la touche, la transcende, l'écartèle dans ce titre. Ses yeux bordés de larmes, le visage plissé par la douleurs et une vulnérabilité troublante, elle lui chante qu'elle prendrait deux fois l'agonie, pour la moitié de l'émerveillement si cela signifiait qu'il recevrait...

« If that meant you get twice... »


Le plan change, Mävyvenn est dans un pantalon classique, un t-shirt blanc sur les épaules, elle est seule dans le noire et d'un coup...

« ... Twice the thunder ! »

Tout autour d'elle s'allume, elle écarte les bras en croix, rejette sa tête en arrière d'un même geste brusque et derrière elle s'illumine, d'une lumière blanche, crue, brutale, sèche, toute scène de concert, gigantesque. Avec les projecteurs, les câbles, les entrailles de fers, les passerelles, les rideaux sont tirées, on voit tout de l'arrières scènes, des coulisses d'ordinaire cachés, la salle est grande, prend toute l'image. Mävyvenn n'est plus qu'une forme noire, noyée dans la lumière, en contre-jour, aux bras pendants, le visage tournée vers le ciel. La nuque tendue vers l'arrière désespérément.


Alors le refrain reprends, sans laisser un plan lent pour respirer. Serré, le plan montre les deux visages si proches, Mävyvenn dont les mains se sont égarées de part et d'autres de ce dernier, les doigts emmêlées dans ses moustaches bleus, le bout de ses griffes dans la nuque puissante de ce dernier touchent le dessins d'un tatouage. Elle lâche une main pour frapper de son point son ventre, son torse à plusieurs reprises, secouer la tête comme chasser toute tentative de recul, tous doutes que pourrait avoir son partenaire. Avant que la woltarienne n'agrippe son partenaire, rebrousse son poil de son torse sculpté, passe sur ses abdos et pectoraux avant de se planter dans sa fourrure bleu pofond et ne s'y tienne comme une naufragée échouée à bout de forces.

Les mains du mâle s'animent, s'agitent.
La pièce s'assombrit, sans pour autant briser le jeux de lumières tamisées mis en place dès le début de ce clip.

Les dernières notes de la voix puissantes de possessives de Mävyvenn se pressentent.
Les deux visages se rapprochent inexorablement.

Le plan se serre sur leurs lèvres, la chanteuse penche sa tête, le mâle entrouvre les siennes pour prendre cette bouche offerte et dans une suite de flash étourdissant, les grandes mains du woltariens agrippent les frêles épaules vermillions, elles descendent dans son dos, suivent la courbe de sa colonne vertébrale, la rapproche de lui, les dessins d'encres sur ses doigts sont visibles un bref instant, les lèvres ne sont qu'à quelques centimètres l'une de l'autre pour un puissant baiser. Le temps d'une inspiration, les deux corps se tendent, tirent l'un vers l'autre, un index bleu caresse une pommette du visage de Mävyvenn et enfin.

L'écran vire au noir.
Le nom de la musique apparaît.
Les dernières notes ont été jouées.


Seul reste, encore pour une poignée de seconde, cet intitulé :





******************************New Fears - Mävyvenn Nurs
*
*
*

21/7/17 F.Z.O -- Making Off.

*************************
*************************
*************************
La vidéo s'ouvrit sur un plan mal cadré, encore tremblé, et le focus de la caméra qui eut toute les peines du monde à se faire sur Mävyvenn, debout dans tout ce qui ressemblait à une grande loge partagée entre elle et ses musiciens. Elle était debout, torse nue, devant deux maquilleurs tout concentrés sur son dos et son torse, une petite lampe de lumière noire accrochée à leur front pour dessiner l'oeuvre macabre qui ornerait son corps durant une partie de son concert surprise.

- Ca va pas trop froid ?
- Je me les pèle! Tu vois un chauffage quelque part ?! Hahaha! T'en as beaucoup des questions cons ?! Lâche-moi cette caméraaaaaa...

Geignit Mävyvenn en tournant la tête vers le woltarien qui tenait l'appareil. Elle tenta de lui dérober, en vain, un maquilleur releva la tête vers elle et la rouspéta en douceur. La chanteuse bougonna une réplique avant de reprendre sa position sans bouger, suivant des yeux le caméramant qui faisait un plan plus large de la scène. Sur des canapaniers on voyait un grand woltarien violet maigre et chétif en chaussette enfiler un très large sweat douillet parlant à mi-voix à un autre cramoisie un tantinet plus musclé que ce dernier, entrain de lacer de grosses chaussures renforcées à clous. A quelques mètres seulement, assise devant une coiffeuse surmontée d'un miroir auréolée de petites ampoules lumineuses, une plantureuse woltarienne gothique se faisait maquiller sans piper le moindre mot et sans faire la moindre grimace, tapotant simplement des griffes, nerveusement, l'accoudoir de son fauteuil rudimentaire de coulisses. Les fesses posées contre la coiffeuse d'à côté, un woltarien rouge rubis à la carrure androgyne troublante, vêtu d'un slim de cuir très seyant et d'un débardeur de résille, semblait raconter toute une anecdote prenante à moitié avec ses mains pour illustrer à la woltarienne jaune. Autour d'eux, s'activaient maquilleurs et costumiers et d'autres techniciens qui trottaient avec énergie, oreillette enfoncée dans une oreille et à leur ceinture, tout un tas de bitonios qui faisaient des "bipdibip" en tout genre. L'effervescence ne cessa plus, on apostropha de temps en temps Mävyvenn qui répondait avec du sérieux dans la voix mais toujours une ombre de sourire aux lèvres. Alors que ses paupière se retrouvait farder, un oeil à peine ouvert, elle essayait de comprendre des problèmes techniques rencontrés avec les micros portatifs et qu'elle devrait avoir un à main tout du long. Que lors de son changement de tenue, des danseurs à proximité pourraient l'aider si elle galérait, à mesure que le temps filait, Mävyvenn montrait quelques signes de nervosité: ses mains tremblaient ostensiblement et elle n'arrêtait pas de les emmêler et de les serrer ensemble dans une vaine tentative nerveuse de masquer ce traître signal de son tract qui la gagnait. Nul autre signe n'était visible ou audible, il n'y avait que ses mains.
Le maigrichon violet avec ses petites lunettes rondes à verre teinté posa une main sur la caméra pour la faire soudain basculer en avant et filmer le sol. Quand la caméra se redressa il avait été rejoint par le guitariste cramoisie torse nu sous un pull à fermeture éclair pour ne pas trembloter dans le froid de la loge. Ils poussèrent le cameraman à l'extérieur et refermèrent la porte sur une dernière image: Mävyvenn se prenant la tête entre ses mains, récupérant un gros casque de musique des mains de la woltarienne jaune poussin, puis son téléphone et poussa le volume à fond, fermant ses yeux, les deux mains de part et d'autres de ses oreilles emprisonnée contre la mousse de son casque.
Autour de Mävyvenn, ses musiciens finissaient de se faire habiller, maquiller, elle avait une jambe légèrement pliée, sur la pointe d'un pieds, le visage éteint dans une expression neutre, ses paupières s'agitant sous des mouvements d'yeux cachés dessous.

La porte de la loge finit de se fermer.
L'image se coupa sur un dernier plan fixe avec écrit en grosse lettre, le nom de cet événement surprise orchestré par la chanteuse et sa production dans le plus parfait des secrets:





****************************F.Z.O - 21/7/17



Journal.Musique.Divers a écrit:


Le Flash-concert de la reine du rock: Mävyvenn Nurs aussi troublant qu'électrisant, un événement qu'il ne fallait pas rater si vous étiez à Sétia!! Plongé dans un univers discordant, Mävyvenn tord les codes de sa propre musique et signe là un retour à ses premières inspirations rock'n'roll flirtant avec le métal!






******************************************MERCI. <3




*********************** Petit badge de fan distribué à la fin de l'événement *

****************

27/6/17 Legacy's Queen; Livre D'OR

**
**
**
******************************>> Legacy's Queen
******************************Sétia, 27/6/17


**Toute la production avait récolté les avis et réactions du public pour les compiler dans ce livre d'or numérique, comme **au précédent concert, pour le plaisir de la chanteuse et de laisser une trace évidente de l'événement.



***********************************Livre d'Or

Nessa Rotie a écrit:
Wow, c'est pour tout ça que j'vous kiffe autant !!! <3 <3 <3

Vous êtes les seuls à faire vibrer autant de belles âmes à la fois. Bravo à vous trois.



Shilo Duciels a écrit:

Je dois t'avouer que je ne regrette pas un instant d'être venu. Tu es incroyable sur scène.


Ivy Hakuryu a écrit:
Quand ils le demanderont, je pourrais leur dire, que j'y étais, et qu'ils ont manquer un show magistral!!!

Franchement, c'était mémorable. J'ai adoré ce chemin, ces murs recouverts d'anciennes affiches, de photos...Une idée fantastique et une merveilleuse mise en abîme!

Et puis les "premiers pas" de Phoebus sur scène! Il a su capter notre attention et la garder comme s'il avait déjà fait ça des milliers de fois auparavant! Quel talent!

Que dire ensuite de tes interprétations... A part que tu peux définitivement être fière de toi, de ton travail, de ta carrière

Encore bravo à vous tous, reposez vous bien maintenant, vous le méritez amplement!

Ivy



Ruz Milliardaire a écrit:
Je dois au moins reconnaître que la chanson vous va bien.

Continuez.

Ruz


Mao Riska a écrit:
S'il me fallait choisir un mot alors il serait:

Passion <3

Mao


Eleana NASUBA a écrit:
Tu nous as mis le feu!!!!
Ton assurance sur scène,ta prestance que d'émotion.
Tu peux être fière de toi,on à eu des étoiles pleins les yeux.
Va te reposer maintenant.


Opaline Cregh a écrit:
AWESOME !!! Comme toujours !!

Ma fille a tellement adoré, que ça double mon plaisir du concert :aouu:


Wellan Castro a écrit:
Youha et bah ! Quel concert !! Pleins d'énergie, un vrai moment pour se défouler et juste profiter de la musique et l'électricité dans l'air du à ta voix et aux réactions du public !

J'ai beaucoup aimé les dernières chansons, surtout "Never forget you", je crois bien que je chantais le refrain avec toi ^^

Super concert Mavyvenn !! 10 ans et pas un signe de vieillesse, hâte de t'entendre encore longtemps !


Pomme Saotomé a écrit:
Hannnnlalala est le mot parfait pour décrire ce concert

Et Phoebus était parfait, fidèle à lui même et encore mieux sur scène !!

J'ai beaucoup aimé My battle et Blue moon pour ta part, superbe voix et tu sais changer l'atmosphère du tout au tout

J'ai adoré !!


Solyane Charmeuze a écrit:
Bravo Mävy!
Un concert réussit et qui a enflammé tout le stade et au-delà. Merci d'avoir mit tant de passion et de coeur pour nous éblouir.
Encore bravo et joyeux anniversaire de carrière!


Altaïr Vampire -_- a écrit:

Incroyable Mavy !!!! C'est la première fois que je viens à un concert et top top top !!!!


Phoebus Moonlight a écrit:


Pis vous étiez trop choupinours pis trop sexys à la fois pis t'était trop belle et trop géniale et.... raaaaaaaah putain tous les deux, j'vous aime!!!!!!




***********************************Merci! <3





La chanteuse ne manqua pas d'y rajouter une petite note plus personnelle....


***************Hello!

**Reprenons les vieilles (très vieilles) habitudes!

**Merci infiniment pour ce nouveau moment partagé avec vous autour de ce que j'ai **passé toute une vie à créer et bâtir! Retravailler de vieux titres et reprendre mon **tout premier répertoire, mes premiers albums m'a fait me rendre compte du chemin **que j'ai parcourus, de l'expérience que j'ai gagné et de la maturité professionnelle **dont je sais faire preuve maintenant.

**Et en souvenir de mes toutes premières scènes, je vous laisse ici la liste des titres **interprétés durant ce concert! <3<3



**(première partie par Phoebus Moonlight)




**- Emperor's New Cloths *****************- Hurricane
**- Roses


**(La programme dudit concert! Par votre serviteur! )

**- Loser! ***************************- Blood on Blood
**- Guilty ***************************- My Battle
**- Blue Moon************************- Never Forget You



**N'hésitez pas à m'envoyer vos retours, à venir trinquer avec moi et à revenir ici pour **vous tenir au courant de mes prochains événements et avancements de ma carrière!




*********************Tout ceci ne fait que (re)commencer !!!!



**
**

**Mävyvenn.

**
**

17/6/17 Legacy's Queen (Affiche!)

***
***
Elle est làààààààààààààààààààààààààààààààààà.... <3

(oui on a trifouillé les anciennes photographies de scènes pour réussir à la monter!! La première affiche où j'ai AUCUN shooting photo huhu. C'était re-po-sant!)



***


**************************Billetterie - Teasing (Wip) - Programmation (Wip)
***
***

1/6/17 (Billetterie) Legacy's Queen --- 27/6/17

**
**

Et voilà!

Après une annonce de folie, quelques teasings bien placés

Je fais la petite annonce officielle sur le site, que la billetterie pour mon prochain show nommé

« Legacy's Queen »

qui se tiendra le 27/6/17 au grand stade de la ville est OUVERTE!

Vous trouverez les bistickets au bazar alimentation de Sétia à mon NOM à obtenir pour 300,0Wz !


Indispensable St-Graal pour y assister!!!


N'oubliez que, si vous achetez le billet pour d'autres personnes, de m'envoyer un message pour me prévenir et me donner la liste des personnes invitées, pour prévenir le malheureux qui va s'arracher les poils sur la liste des spectateurs à gérer!!


J'espère vous savoir NOMBREUX et réussir de nouveau à toucher le Sold Out des 150 premières places!!!

Je compte sur vous!!


L'affiche arrivera quand... Elle arrivera!


Votre reine dévouée,
Mävyvenn.




_________________________________________________ HRP

[Heyo!

Nouveau concert de Mävyvenn, comme d'habitude, l'invitation fera 4h AU TOTAL et sera envoyée le matin/après-midi du 27/6/17 date woltarienne! N'oubliez pas de préciser pour qui vous achetez les billets si vous les prenez pour + de woltariens ! ^__^

L'achat du bisticket vous assure de recevoir l'intégralité du RP du concert! (:

Elle sera sur le format narratif classique que vous avez déjà vu/lu surement de la part de Mävy.

Merci à ceux/celles qui prennent toujours le temps de mettre un p'tit mot après les invit/les événements! <3 ]